Professionnels

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+

La biodiversité dans l'aéroport

En moyenne, 70% de la surface d’un aéroport est constituée d’espaces verts. Contrairement aux idées reçues, ces espaces, peu ou pas traités et préservés de beaucoup d’activités humaines pour des questions de sécurité, sont de véritables lieux de développement et de préservation de la biodiversité.  

L’association Aéro Biodiversité, créée en 2013 sous l’impulsion de la compagnie Air France, intervient désormais sur 36 aéroports français. Elle y réalise des protocoles scientifiques afin de répertorier la biodiversité et de proposer des axes d’amélioration pour sa préservation, en prenant également en compte la gestion des risques liés à la sécurité aéroportuaire, et notamment le risque animalier.

L'aéroport Tarbes Lourdes Pyrénées est ainsi impliqué dans cette démarche depuis 2019.

Intervention de l’association Aéro Biodiversité à TLP

En collaboration avec la région Occitanie et avec le soutien du syndicat mixte Pyrénia qui a adhéré à l’association Aéro Biodiversité, l'aéroport Tarbes Lourdes Pyrénées a pu bénéficier de cette démarche à partir du mois d’avril 2019. 

Les scientifiques ont également pu mettre en place le matériel nécessaire à la réalisation de 2 protocoles :

► 4 nichoirs à pollinisateurs fixés à la clôture à 2 endroits;

► 3 planches à invertébrés positionnées dans l’herbe dans une prairie proche du seuil 20.

Le bilan 2020 : 

La saison a été perturbée par la crise sanitaire, et n’a pu démarrer qu’au mois de juin. Quatre visites ont tout de même pu être menées. Des échanges avec l’équipe environnement mais aussi notamment avec les pompiers d’aéroport référents péril animalier et entretien de la plateforme ont permis de partager observations sur le terrain, expériences, données scientifiques et contraintes spécifiques à notre aéroport pour formuler des préconisations adaptées.

 

Quelques chiffres :

Transects à papillons : comptage de papillons sur une bande de 5m de large et de 100 à 300m de long qui permet un suivi des pratiques de gestion sur les parcelles, les papillons étant sensibles à la qualité et aux changements de leur environnement. Entre 35 et 160 papillons ont été observés par passage.

Vigie-chiro : enregistrements nocturnes à l’aide d’un enregistreur à ultrasons pour évaluer la diversité des espèces de chauves-souris présentes sur la plateforme. En 2020, 13 espèces ont été identifiées.

EPOC : écoutes des oiseaux communs réalisées afin d’estimer leur population. 24 espèces d’oiseaux ont été détectées lors de la visite de juin.

 

Les préconisations : 

Le bilan 2020 propose également des préconisations à différents niveaux :

► Les modalités de fauche à privilégier, en lien avec le risque aviaire et les spécificités liées à l’intervention d’amodiataires en privilégiant la fauche de nuit et ne pas faucher trop ras, (hauteur, période et maintien de zones refuges) ainsi que la gestion d’espèces invasives nous ont été proposées.


► Deux visites ont déjà eu lieu en 2021 (en février et avril) et de nouveaux protocoles ont été réalisés, notamment la mise en place de planches à reptiles pour observer lézards, serpents… et des protocoles nocturnes (écoute des rapaces nocturnes).

► Comment gérer certaines espèces invasives (notamment la renouée du Japon), qui peuvent devenir problématiques car elles s’étendent rapidement et poussent très vite.

En savoir plus sur la démarche : www.hopbiodiversite.com